10 Conseils pour le parc Tayrona

Hello les amis! Je vous rédige cet article qui pourrait bien aider ceux qui souhaitent se rendre au désormais célèbre parc Tayrona, tout près de Santa Marta. On m’a posé beaucoup de questions pratiques en privé sur Instagram. Alors je me lance!  En effet, ce n’est pas si évident de trouver des infos sur le parc Tayrona, alors qu’il s’agit quand même d’une sacrée expédition et qu’il vaut mieux y être préparé.  Je vais donc délivrer mes quelques conseils dans cet article pour les intéressés, à prendre parfois sur le ton de l’humour, bien entendu. Dans tous les cas, si vous souhaitez vous rendre à Tayrona,  je vous conseille de bien lire tout l’article, et de façon générale de vous renseigner et de vous organiser au préalable.

AU SOMMAIRE

1 –  SE PRÉPARER A SANTA MARTA

2 – CHOISIR UN LOGEMENTS A TAYRONA

3 – LE TRAJET SANTA MARTA => TAYRONA

4 – UNE FOIS DANS LE PARC

5 – LA NUIT

6 – RANDO A PUEBLITO

7 – ET LA LE DRAME

8 – LE DÉPART

9 – L’Anecdote de Franck

10 – Tous les liens pratiques

 

 

 

1 – SE PRÉPARER A SANTA MARTA

 

A Santa Marta, nous avons suivi le conseil de notre guide Lonely planet et avons opté pour l’auberge de jeunesse  The Dreamer. Comment décrire la chose? Un hôtel de springbreaker. Zéro colombien, que des (jeunes) étrangers en mode bière-pong et pool-party.  Autant vous dire que si vous cherchez du dépaysement et du calme c’est loupé.  On s’attendait pas vraiment à ça mais bon, on y a bien rigolé.

Conseil 1: Logez au El Dorado hostel.

Dans un premier temps,  nous logions donc dans la fameuse auberge The Dreamers (http://www.thedreamerhostel.com/en/). Une expérience très drôle qui nous a fait revivre nos soirées étudiantes d’intégration. Chez The Dreamer c’est pool party, bière pong tous les soirs! Génial pour faire la fête! Si vous souhaitez plus de quiétude et un prix plus raisonnable, je vous propose une super auberge à moins de 1km de The Dreamers et qui s’appelle El Dorado (http://eldoradohostal.com/ Marta la gérante est un vrai amour). Depuis votre hôtel je vous conseille de vous préparez au mieux pour votre excursion au parc.

Conseil 2: Partez TRÈS léger et Tôt.

Personnellement, marcher dans une chaleur extrêmement humide (ressenti 45°) fut le plus dur pour ma part : j’ai fini mon séjour au parc sous forme de raisin sec. Hydratez-vous bien. Evitez-vous le transport d’objets futiles..  Trimballer un sac à dos de 10kilos à midi en pleine cagne? non merci!

Conseil 3: SOYEZ PRÊT.

Vous n’allez pas réaliser un simple séjour à la plage mais plutôt un trek entrecoupé de plages dans un paysage paradisiaque. Soyez en forme, chouchoutez-vous avant votre séjour sur Tayrona! Eh oui, comme je l’ai souvent lu, le parc Tayrona se mérite, le prix payer? la sueur ( +l’entrée à 48 000 pesos/personne (tarif étranger) =  environ 14 euros). Prévoyez donc “beaucoup” d’argent liquide pour le logement, la nourriture et un peu plus au cas où!

Lien du parc :

Parque Nacional Natural Tayrona

Conseil 4: Restez 2 nuits MINIMUM.

2 nuits, car sinon vous n’aurez pas le temps de pleinement profiter de ce lieu splendide et de faire la rando à Pueblito par exemple. Et puis n’oubliez pas qu’il faut amortir le coût de l’entrée et lézarder allégrement sur la plage de Cabo San Juan.

 

2 – CHOISIR UN LOGEMENTS A TAYRONA

La question épineuse du logement à Tayrona, une question à résoudre avant votre entrée dans le parc pour ne pas vous arracher les cheveux si tout est complet ou trop cher. Vous avez le choix:

– Soit le hamac entre 15 000 (4,24€) le moins cher à San Pedro – 40 000  dans le super kiosque de Cabo San Juan (11,30€),

– Soit la tente à 35 000 (10€),

– Soit les éco-habs de Canaveral à 450 000  (127€),

– ou encore les cabanes familiales vues à Arrecifes à 770 000 (217€)

Enfin notre cabane, “spécial bon plan” à 150 000! Par le biais de numéros de téléphones trouvés sur Internet, nous sommes arrivés à joindre un mec qui bosse au camping Don Pedro près de la plage Arrecifes et qui nous réserve L’UNIQUE cabane à 150000  (42€).

  • Ce qu’implique le hamac : dormir dans des hamacs souvent sales et à 20 centimètres de son voisin sans moustiquaire.

  • Ce qu’implique la tente : ne pas être protégé contre la pluie et concrètement mourir de chaud au petit matin.

  • Ce qu’implique une éco habs ou une cabane familiale: être riche.

  • ce qu’implique la cabane bon plan: la visite du cafard le plus gros du monde MAIS douche et toilette privés.

A Don Pedro, on peut manger à un prix raisonnable: assiette de poulet et garnitures 22000  (6,20€). Riz au poulet 20 000 (6€). café 1000 (0,28€). Il y a une mini supérette ( nourriture, boite, ramen, gateau, boissons, produits d’hygiènes etc).

Conseil 5: RENDEZ-VOUS NOCTURNE

Pour les voyageurs en hamacs préparez-vous à une certaine promiscuité avec autrui ( votre voisin de hamac de 15 cm de vous).  C’est ça aussi l’aventure!

 3 – LE TRAJET SANTA MARTA => TAYRONA

Le bus local, le minibus « colectivo »:

Depuis The Dreamer ou l’hostal El Dorado, afin de se rendre à Tayrona, c’est facile, on prend le bus en face à l’Avenida Libertador et c’est 7000 pesos ( 2€ – durée 40min). The Dreamer propose son bus privé à 15 000. Depuis un autre lieu de la ville, si vous ne savez pas comment vous rendre à l’entrée du parc, demandez simplement des renseignements auprès du personnel de votre hôtel.

Il existe 2 entrées au parc Tayrona, pour les deux entrées, il vous faudra marcher ensuite pour rejoindre les campements et la côte:

  • El Zaino, l’entrée principale (celle que je connais.
  • Calabazo, l’entrée secondaire. Demandez au chauffeur de bus de vous y laisser. 

Dans le bus, le chauffeur et son acolyte nous charge comme des bœufs. Pas de places assises pour nous et un grand nombre de personne pour une chaleur étouffante.  On est entassé entre les gens, les sacs et les cafards qui fourmillent près des fenêtres. Au péage, le chauffeur nous ordonne de nous cacher de la police. C’est sur qu’une bus de 20 places transportant le double pourrait avoir quelques problèmes.. haha mais pas aujourd’hui en Colombie! Au péage, on fait mine de ne pas nous voir! Quel rire! Dans la montée, le moteur fume et dégage une forte odeur de brulé.  C’est à ce moment là que notre chauffeur national demande à Franck de vider le bidon d’eau dessus. Sur le coup, il commence à m’énerver celui là! De retour en France aujourd’hui, ce souvenir me fait beaucoup rire !

 Autres possibilités pour se rendre au parc:

– Vous pouvez également louer un taxi à plusieurs touristes pour vous rendre au Tayrona et partager les frais.

– Vous rendre à Tayrona par bateau grâce à des tours opérateurs.

Image associée

4 – UNE FOIS DANS LE PARC

Après une file d’attente de 30 minutes, 200 personnes et après s’être délesté de 48 000 pesos par personne, nous entrons enfin dans le parc. Je vous avoue que je n’ai pas vraiment reconnu les lieux . Il y a dix ans de cela, je m’y rendais pour la première fois.  Il y avait à l’époque très peu de touristes dans le parc! J’avais eu la chance de profiter de ce paradis plusieurs jours avec des plages entièrement nues et sauvages. Je remarque les nouveaux aménagements installés dans le parc, les sentiers entretenus, les poubelles installées.. Sans bien évidemment parler de la foule! Il n’y avait pas tout cela à l’époque. Petite, je me rappelle avoir croisé un homme  près de Piscinilla qui avait pour boulot de ramasser les détritus et de les charger sur ses 4 ânes afin les sortir du parc. Aujourd’hui, je doute que cela fonctionne de cette façon! Revenons à l’entrée, après avoir patienter pour obtenir vos tickets et bracelets, je vous propose d’éviter une erreur qui pourrait faire mal à vos pieds déjà endoloris par votre voyage.

Conseil N°6 : SVP prenez la navette payante proposée à l’entrée

(3000 = moins de 1euros) qui vous avance de 5km! Je vous assure que ces 5 km là vous les amortirez dans le cœur du parc et cela sera bien plus agréable.

Le bus vous dépose donc sur un “parking” et après cela, vous avez le choix: soit marcher 1h- 1h30 vers la plage Arrecifes ou alors, monter à cheval (20 000/pers soit 6€ jusqu’à Arrecifes 45 min). Nous sommes montés à cheval car nous transportions de la nourriture et beaucoup d’eau (l’excuse). Cependant, c’est mon regret du séjour.

1/Les loueurs étaient extrêmement malpolis et grossiers (quand même assez rare pour des colombiens),

2/ le traitement des animaux m’a parut limite,

3/ pour couronner le tout, le loueur a tenté de m’arnaquer.

Je vous explique: J’avais demandé au plus jeunes des loueurs de nous emmener à cheval Arrecifes. Sans un bonjour, le patron dédaigneux  questionne le garçon en toute “discretion” pour savoir où nous logeons. Je sens l’embrouille arriver.  Je répond au jeune “camping San pedro”. En espagnol, le patron ordonne au jeune de nous proposer l’offre suivante:  nous emmener directement au camping pour un tarif plus élever. Contrairement ce qu’a cru le patron, c’est que je défend vraiment bien en espagnol. Ensuite, c’est que je connais un peu le parc. Je m’étais renseignée sur la topographie et le camping de Don Pedro se trouve bien avant Arrecifes. Le patron veut donc me faire payer plus cher pour aller moins loin. Un petit classique de l’arnaque. Ne vous inquiétez pas, je me suis bien défendue en espagnol en lui expliquant que j’avais bien compris l’entourloupe. Il a perdu la face quelques secondes (devant mon superbe espagnol, je l’espère) avant de reprendre tranquillement son activité. Je pense qu’ils sont très coutumiers de ce genre d’arnaques et c’est pour cela que je vous déconseille de faire travailler des gens comme cela. Résultat:  Ils nous ont emmené comme prévu jusqu’à Arrecifes  au prix normal!

A Don Pedro, on peut manger à un prix raisonnable: assiette de poulet et garnitures 22000  (6,20€). Riz au poulet 20 000 (6€). café 1000 (0,28€). De plus il y a une mini supérette. Après cela, nous avons profité d’une baignade au magnifique Cabo San Juan après une heure de plus de marche.

5 – LA NUIT

Comment vous dire que nos deux nuits furent épiques niveau bestioles.. La 1ere, le plus grand cafard du monde nous a assailli , la seconde ce sont ses copines, les grosses araignées velues.  J’ai apprécié ma douche privé (rire)  surtout lorsqu’une crevette bien vivante s’est déposée dans mes cheveux… Mais on a bien dormi ce qui était nécessaire pour la randonnée à “Pueblito” le village des indiens Koguis situé bien au dessus de la plage de Cabo San Juan.

6 – RANDO A PUEBLITO

Les amis, il s’agit là de l’une des rando des plus intensives de ma vie! Je pense que la chaleur humide a (beaucoup) joué sur ma souffrance! (Et vous savez quoi, je l’avais déjà fait à 12ans! Bon par contre, je me rappelle avoir souffert aussi..  

Le 2nd jour, Nous partons donc à Pueblito à 9h. Il s’agit donc d’un petit trek et de l’escalade d’une petite montagne se trouvant tout juste derrière le camping El Cabo à la sublime plage de Cabo San Juan. Une fois arrivé, vous trouverez des ruines d’une ancienne cité du peuple indien “Tayrona” habitée aujourd’hui par un groupe Koguis. Depuis le camping San Pedro, il suffit de rejoindre Arrecifes, puis Cabo San juan en empruntant un sentier traversant une jungle parfois épaisse, parfois clairsemée de clairière et proche de la mer. 1er arrêt à la plage de Cabo San Juan et on profite d’un délicieux jus de pastèque sucré. 10h30 let’s go!!! Mon dieu que c’est dur! En fait, après le parcours d’une centaines de mètres derrière le camping El Cabo vous ne trouverez que de la montée. Pour parfaire le récit, je vous précise que le sentier se transforme en amas d’immenses roches rondes et blanches. Les mollets apprécieront. Lorsqu’il n’y a pas d’ombre autant vous dire que le soleil se fait sentir.

Conseil N°7 : PRÉVOYEZ beaucoup d’eau

Sinon déshydratation assurée. En 15 minutes nos tshirts étaient littéralement trempés. Avec pas mal de pauses (pour cause de souffle perdu) on arrive à Pueblito à 11h45. Soit 1h45 de montée. Mais cela vaut tellement le coup! Le paysage est somptueux, une nature luxuriante et d’un vert incroyable. On a vu des grenouilles colorées, de gros scarabées, des singes, de superbes oiseaux et papillons… Le village est tout petit mais c’est un véritable havre de paix.

 

Conseil N° 8:  Bienséance avec les indiens

Personnellement, j’ai préféré ne pas les déranger avec mes photos. On m’a dit qu’ils n’aiment pas ça et surtout si c’est demandé de but en blanc. Pour parler avec eux on privilégie une approche délicate et subtile.

 

7 – ET LA LE DRAME

Nous avions bu jusqu’à la dernière goutte de notre eau.   Je vous rassure, il est possible d’acheter des bouteille d’eau à un indien dans le village. Nous entamons donc la redescente tranquillement après avoir largement profité de la découverte du petit village indien.  Beaucoup plus facile à descendre qu’à monter décidément! Mais c’est là que Franck, en escaladant une immense roche au-dessus du vide, fait tomber notre bouteille dans le fossé.

Conseil N°9: Dans ces cas là, adoptez une “bonne réaction”

C’est à dire saine d’esprit, raisonnée et rassurante. Ou alors faites comme moi en choisissant la “réaction alternative” : Engueuler son partenaire au beau milieu de la jungle. Ouf, l’histoire se finit bien, quoique, un peu desséchés.  On s’en rappellera de celle-là.

 

8 – LE DÉPART

Attraper le rhume alors qu’il fait 40 degrés? Check! Je ne sais pas comment je me suis débrouillée mais je suis bien tombée malade après mon séjour au parc. Vraiment buvez, ne faites pas le chameau comme moi qui ne ressent que très peu la soif. C’est le jour du départ, on part faire un dernier plouf à la plage Piscinilla et on se rince à la rivière pour repartir tout beaux, tout propres! Sachez que près de piscinilla, il y a une boulangerie qui fait des pains au chocolat DÉLICIEUX et pas chers. Il y en a aussi à la pâte de goyave, un délice!

Conseil N°10: Ne les ratez pas! Partir sans les gouter c’est un peu un sacrilège.

On a plus l’excuse de la nourriture et de l’eau à transporter. On va donc marcher jusqu’à la navette. Les chevaux loués par les escrocs de l’allée : plus jamais! Et on a bien fait,  c’est vraiment jolie! On marche vers le bord de mer et on aperçoit encore de superbes paysages et plein d’oiseaux. Finalement 2 jours c’est assez court, on aurait aimé y rester 1 nuit de plus.

Si vous avez des questions (ou des réactions), n’hésitez pas je me ferai une joie d’y répondre !

9 – L’Anecdote de Franck :

J’ai perdu 6 litres d’eau, tué 1 cafard gigantesque et 3 araignées pour 0 piqûres de moustique (incroyable mais vrai) et enfin 1 rencontre improbable. Un soir, je commande une bière et à mon retour je trouve Chloé en grande conversation avec un mec plutôt beau gosse, rien d’alarmant je gère! Au fil de la conversation, le mystérieux inconnu nous apprend qu’il est Colombien d’origine française et avec une histoire hors du commun. En effet, notre nouvel ami André Lacouture dispose d’un arbre généalogique qui remonte à Napoléon Bonaparte. Ses arrières grands-parents avaient quitté la France pour la Colombie afin d’éviter la mort pour des raisons politiques. Il part bientôt pour la France sur les traces de ses ancêtres. Improbable je vous avais dit…

10 – Tous les liens pratiques:

Parc Tayrona :

Parque Nacional Natural Tayrona

Santa Marta

El Dorado hostal :  http://eldoradohostal.com/

The Dreamers hostal : http://www.thedreamerhostel.com/en/

 

Tayrona

Camping Don Pedro : https://www.facebook.com/donpedrotayrona/

Camping El Cabo : http://www.cecabosanjuandelguia.com.co/#section3

Ecohabs : http://www.ecohabsantamarta.com/

Vous êtes fan des excursions du type Tayrona ( Nature, aventure) ? Le Guaviare est fait pour vous (article ici)!!! en voici un aperçu vidéo

 

 

     

 

 

 

 

 

 

4 commentaires sur “10 Conseils pour le parc Tayrona

  1. Gracias por compartir estas maravillosas fotos y consejos.
    Excelente sitio y muy buenas fotos

    1. Muchas gracias piedad 🙂 🙂 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
2 jours d’aventures sur l’île Múcura

2 jours d'aventures sur l'île Múcura   Voici le récit de nos 2 jours d'aventures sur l'une des fameuses îles...

Fermer